Le projet de transformation de l’apprentissage a été présenté le 9 février dernier par le Premier Ministre et la Ministre du Travail Muriel Pénicaud, qui a fait savoir que la volonté du Gouvernement et du monde professionnel est « de s’engager conjointement dans une mobilisation nationale sans précédent pour une meilleure orientation et une transformation profonde de l’apprentissage ». L’objectif affiché étant notamment de valoriser l’apprentissage et d’atteindre le chiffre de 500000 jeunes apprentis. Selon le Gouvernement, aujourd’hui seul « 7% des jeunes de 16 à 25 ans contre 15% chez nos voisins européens » sont en apprentissage.

Ce sont donc une vingtaine de mesures qui ont été présentées vendredi dernier par le Gouvernement afin de mettre en place le nouveau cadre de l’apprentissage. Parmi elles, la volonté affichée de donner plus de pouvoir aux branches dans ce domaine, les référentiels d’activité et de compétences des diplômes seraient ainsi écrits par les branches. Il est également prévu : une augmentation de la rémunération, une aide pour passer le permis de conduire, l’ouverture de l’apprentissage jusqu’à 30 ans (contre 26 ans actuellement), la possibilité de partir en Erasmus permettant ainsi d’accomplir une partie de la formation à l’étranger. On note également la suppression du passage devant le conseil de prud’hommes pour mettre un terme au contrat d’apprentissage ou encore un système de certification des Centres de Formation des Apprentis.

Vous retrouverez l’ensemble des mesures proposées par le Gouvernement ici